Image

Les coûts cachés de la propriété d'une maison

 

Bien que les avantages soient nombreux, faites attention aux dépenses supplémentaires suivantes
Une résidence peut constituer un actif précieux et une voie vers un avenir financier plus stable. Cependant, les acheteurs novices peuvent être choqués par la part que l'accession à la propriété peut prendre dans leur portefeuille.

 

Le coût réel de la propriété implique une multitude de dépenses cachées, en plus des versements d'emprunt mensuels. Les trois premiers coûts cachés sont routiniers et inéluctables. Les autres sont occasionnels et imprévisibles, ce qui ajoute au stress. Être préparé est la moitié de la bataille.

Principaux points à retenir
Bien que l'accession à la propriété présente de nombreux avantages, il faut faire attention à certaines dépenses supplémentaires et imprévues.
Certains coûts sont strictement financiers et échappent en grande partie à votre contrôle : les impôts fonciers et les éventuelles charges de copropriété dans le cas d'un appartement
L'assurance des propriétaires peut s'avérer plus onéreuse que prévu si vous vivez dans une région exposée aux catastrophes naturelles.
La partie la plus coûteuse de l'accession à la propriété concerne généralement l'entretien et les réparations du toit, des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, de la plomberie et de l'électricité.

 

Impôts fonciers

En tant que propriétaire, vous devrez payer des impôts fonciers. La taxe foncière sur les propriétés bâties est établie pour l’année entière dans la commune où est situé le bien imposable et d’après la situation au 1er janvier de l’année d’imposition. Ainsi, par exemple, si vous êtes propriétaire au 1er janvier, vous êtes redevable de la taxe foncière pour l’année entière, même si vous vendez le bien au cours de l'année.
Le mode de calcul de l'impôt associe valeur cadastrale et taux votés par les collectivités territoriales.

Le revenu cadastral constitue la base d’imposition de la taxe foncière : il est égal à la valeur locative cadastrale diminuée d’un abattement de 50 %. La valeur locative cadastrale correspond à un loyer annuel théorique que le propriétaire pourrait tirer du bien s’il était loué. Ce loyer est ensuite actualisé et revalorisé chaque année. L’abattement forfaitaire de 50 % permet de prendre en compte les frais de gestion, d'assurance, d'amortissement, d'entretien et de réparation.
Les taux, appliqués à la base d’imposition pour calculer le montant de la taxe foncière, sont votés par les collectivités territoriales : communes, intercommunalités et départements.

L'impôt foncier est essentiellement un paiement garanti à perpétuité. Son montant n'a cessé d'augmenter ces dernières années, et pèse de plus en plus lourd dans le budget des ménages : 101 euros en moyenne par mois Cette hausse de la taxe foncière pèse sur le crédit immobilier des acquéreurs puisque dans certaines villes cela revient à payer l'équivalent de quatorze mensualités au lieu de douze.

 


Charges de copropriété

Si vous achetez un appartement dans un copropriété, vous devrez vous acquittez des charges de copropriété Les charges de copropriété désignent les dépenses attachées au statut de copropriétaire. Elles couvrent notamment l'entretien des parties communes de l'immeuble, les équipements et les services communs. La part assumée par chaque copropriétaire dépend de la nature des charges considérées (charges générales ou charges spéciales). Leur vote et leur paiement varient selon le type de dépenses auxquelles on fait référence (si elles sont définies ou non par le budget prévisionnel). En moyenne, les copropriétaires ont en effet payé l’an dernier 49,95 euros de charges par m2 habitable (ce qui représente sur l’année 2 997 euros pour un appartement de 60 m2), contre 50,95 euros en 2019.

 


Toiture

L'eau est le plus grand ennemi de votre maison, et l'une des principales tâches du toit est d'empêcher l'eau d'entrer. Un toit qui fuit peut causer des dommages esthétiques à l'intérieur d'une maison et, selon la gravité de la fuite, détruire les biens qui se trouvent à l'intérieur, causer des problèmes de santé ou des problèmes structurels.

La durée de vie moyenne d’une toiture de maison varie de 20 à 30 ans . Cependant, cette estimation de longévité dépend en grande partie de l’entretien que vous aurez accordé à votre toiture tout au long de ces années. D’autres facteurs impactent la longévité d’une toiture comme l’exposition du toit au soleil et aux intempéries ainsi qu’à la pollution.
En effet, il faut penser à nettoyer le toit régulièrement par des actions de démoussage visant à éliminer les mousses et la pollution. Mais aussi par des actions plus simples comme le désencombrement des gouttières visant à éviter les infiltrations. En complément, certains propriétaires choisissent d’appliquer des traitements permettant d’assurer l’étanchéité des tuiles et ainsi, d’allonger la durée de vie de ces dernières.

Mais alors, comment savoir si la toiture est à refaire ? Une toiture nécessitant des travaux de rénovation présente des signes qui ne trompent pas. En effet, en inspectant régulièrement votre toiture, ils ne pourront pas vous échapper, à savoir :Des infiltrations d’eau.
Une odeur de champignons et de moisissures dans les combles.
Des tuiles cassées et poreuses.
Des tuiles arrachées ou manquantes, …

 

Système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC)

Vous devrez probablement acheter de nouvelles unités à un moment donné, car les unités existantes s'usent avec le temps. Le remplacement fréquent des filtres de l'appareil de chauffage et du climatiseur permet de maintenir le bon fonctionnement des machines.

Les propriétaires devraient faire inspecter leur système de CVC au moins une fois par an. De nombreuses entreprises proposent des contrats de service ou des plans d'entretien, qui peuvent réduire le coût d'une inspection annuelle, offrir des inspections semestrielles et fournir d'autres avantages comme des prix réduits sur les pièces et des visites d'urgence à moindre coût.

 

Système électrique

Les défauts d'arc électrique, les câblages défectueux et les courts-circuits électriques sont à l'origine d'un grand nombre d'incendies électriques qui brûlent les maisons. Tous les propriétaires devraient avoir une connaissance de base du fonctionnement des systèmes électriques pour assurer la sécurité de leur maison et de leur famille, mais ils devraient également comprendre les limites de leurs compétences.

En cas de problème systémique ou de travaux de rénovation importants, faites appel à des professionnels - des électriciens de confiance, formés et agréés qui s'assureront que les installations sont correctes et conformes aux codes et aux normes de sécurité en vigueur.

 

Plomberie

Les petits problèmes de plomberie (comme les canalisations bouchées) surviennent de temps en temps, quel que soit l'endroit où vous vivez, et ils ne sont pas très difficiles à résoudre avec des connaissances de base en plomberie.

Certaines vieilles maisons présentent toutefois des problèmes plus importants en matière de plomberie. Ces maisons contiennent souvent des conduites d'eau en fer galvanisé, qui se bouchent avec le temps par des dépôts minéraux et réduisent progressivement la pression de l'eau dans votre maison. Ces tuyaux ne peuvent pas être réparés ; ils doivent être remplacés.
Veillez également à rechercher si votre eau pourrait être contaminée par du plomb lié à votre plomberie. Parfois, le problème se situe au niveau des tuyaux dans la maison et parfois, il s'agit des tuyaux du système municipal jusqu'à votre maison.

 

Termites

Les termites sont attirés par le bois et l'humidité, et ils peuvent s'introduire dans votre maison par la plus petite des fissures. Vous ne voulez pas que votre maison se transforme en poussière juste sous vos pieds.

Pour éviter des dommages structurels coûteux à votre maison, assurez-vous qu'aucun bois ne touche le sol près de votre maison (comme du bois de construction, du bois de chauffage ou des souches d'arbres). Empêchez l'humidité de s'accumuler autour de vos fondations en veillant à ce que le sol soit en pente dans la direction opposée à votre maison, et engagez un exterminateur pour effectuer régulièrement une inspection des parasites.

 

Moisissures

Les moisissures peuvent se développer dans les endroits humides ou mouillés et peuvent causer des problèmes de santé. Si votre système CVC est contaminé, les moisissures peuvent se propager dans toute votre maison chaque fois que la chaudière fonctionne.

En raison de sa complexité, le système CVC de votre maison - qui contrôle la chaleur, le refroidissement et la circulation de l'air dans la résidence - n'est pas quelque chose que vous pourrez inspecter, réparer ou remplacer vous-même à moins d'être un professionnel du CVC.

Pour prévenir les problèmes de moisissures, il faut empêcher l'eau de pénétrer dans la maison et réparer les fuites propices à leur développement. Si votre maison est très humide, un climatiseur ou un déshumidificateur aidera à prévenir la formation de moisissures.

Les moisissures ne sont pas toujours visibles ; elles peuvent se cacher derrière le papier peint, sous la moquette et dans de nombreux autres endroits. Les moisissures peuvent provoquer des réactions allergiques ou irritantes et des crises d'asthme.

 

Aménagement paysager et entretien des pelouses

Que vous vous occupiez vous-même des travaux de jardinage ou que vous fassiez appel à un professionnel, vous devrez payer quelque chose pour garder votre aménagement paysager en ordre. Les équipements de pelouse peuvent être coûteux et, si vous avez une superficie considérable, vous aurez peut-être besoin d'équipements tels qu'une souffleuse à neige ou à feuilles.

Ce n'est pas seulement cosmétique. Les branches d'arbres peuvent tomber et endommager les toits et les fenêtres, et une pléthore de feuilles ou de plantes envahissantes peut obstruer les gouttières, ce qui a un impact sur le drainage, la plomberie et les systèmes de chauffage, ventilation et climatisation extérieurs. De nombreuses associations de propriétaires exigent que les membres entretiennent le terrain de leur maison pour ces raisons.

 

 

Lorsque la plupart des gens pensent aux coûts de l'accession à la propriété, ils ne pensent qu'aux frais d'emprunt sur leur résidence. Or, il faut tenir compte non seulement des impôts fonciers et des assurances, mais aussi des frais d'entretien et de réparation.

En fait, les réparations imprévues - comme le remplacement ou la réparation du toit, la réparation des carreaux de la douche qui se détachent, l'enlèvement d'un arbre mort ou en surnombre, ou l'élimination des moisissures dans un sous-sol humide - entraînent généralement les factures les plus élevées. La liste des possibilités est infinie, aussi la meilleure chose que les propriétaires puissent faire est de mettre de côté des économies en cas d'urgence. Certains experts financiers suggèrent de budgéter 1 % ou 2 % du solde de votre prêt comme fonds annuel d'entretien et de réparation, mais le montant que vous devez épargner dépend de l'âge, de l'état et de la taille de votre maison.

Les prêteurs n'en tiennent pas compte dans leurs équations lorsqu'ils déterminent le montant d'un prêt, mais vous devriez le faire. C'est une bonne chose d'être propriétaire de sa maison, mais avant d'acheter, assurez-vous d'être prêt à assumer le coût réel.

0
Feed

Laisser un commentaire